• Claudine Quéré

MAKY GÔRÔCÄ, DANSEUR CHOREGRAPHE

Mis à jour : mai 12

DANSEUR CHOREGRAPHE NOUVELLE-CALEDONIE



Biographie. Artiste originaire de Nouvelle-Calédonie - Ponerihouen et Lifou (Îles Loyauté)


Maky Gôrôcä est le fondateur et chorégraphe de la Compagnie Kane. Si celui a grandi à Nouméa, il est originaire de la province Nord en Nouvelle-Calédonie. Un ancrage avec Ponerihouen mais aussi les îles Loyauté, à Lifou. “La danse a toujours fait partie de ma vie”, explique-t-il. “J’ai été plongé dans ce milieu dès mon plus jeune âge. Kane, ma mère, est sans aucun doute ma plus grande source d’inspiration. Elle m’a transmis son goût de l’art. “La danse du diable” a d’ailleurs été ma première représentation. Elle remonte à l'enfance, aux classes de primaire, lors des fêtes. Une danse traditionnelle kanak qui racontait l’histoire d’un puissant sorcier.”



Le jeune homme est profondément animé par sa passion. Dans les quartiers, il s’initie tout jeune auprès de ses frères et amis, à la danse urbaine. “A chaque fois que je dansais un feu brûlait en moi, je voulais faire la différence, sortir du lot.” Son ambition est de devenir professionnel. Il travaille, n'a de cesse de progresser et

de s’ouvrir à différentes formes d’expressions corporelles pour réaliser son rêve. En 2016, il entre dans une école en métropole, “la Manufacture d'Aurillac”, et réussit un Diplôme d'Etat de professeur en section contemporaine. “Un gros changement pour moi. Des rencontres extraordinaires qui ont construit mon mental”, indique-t-il. Durant ces trois années de formation, il intègre la Compagnie Vendetta Mattea et goûte aux sensations de la scène, d’un partage avec le public. Il participe également à Aurillac, à l'un des plus gros festivals d'art de la rue en Europe, avec la compagnie Surya Bertaumieux. "Une expérience magique" selon ses mots.



2018 marque une étape importante sur le chemin du danseur. Il crée sa propre compagnie à travers la réalisation “Instant Présent”. Un duo pensé et écrit avec Donatien Rouillard, son ami et autre artiste calédonien. “C’est vraiment à partir de là qu’a germé l’idée de la Compagnie Kane et le besoin très fort de réunir des danseurs et danseuses originaires de plusieurs parties du monde. Nous partageons ensemble l’amour de la danse, celle de notre temps, avec l’envie d’être authentique, la volonté d’offrir une forme de langage commun autour de nos spécificités, nos racines. L’idée est que notre troupe soit un carrefour artistique ancré dans la culture d’aujourd’hui.” Une énergie comme une philosophie de vie, un réel optimisme. “ Kane est un hommage à ma mère mélanésienne qui a su faire face à toutes les épreuves de la vie. Notre état d’esprit n’est pas quelque chose de figé ou tourné vers un passé idéalisé. Au contraire, nous avons la volonté d’associer les racines de chacun d’entre nous et de nos parcours individuels, vers un épanouissement dans le temps présent.”


Article @ Claudine Quéré - Umami Culture Pacifique


Photographies et Sources @Maky Gôrôcâ, Guillaume Héraud

244 vues1 commentaire